Comptes-rendus

Mercredi 14 octobre : Matthias Thura (EHESS), La tactique du sociologue et la fabrique des soldats : conditions d’une ethnographie du travail militaire en régiment d’infanterie par Nicolas Huet et Victor Moulinier

Docteur associé à l’équipe Enquête, Terrain, Théorie du Centre Maurice Halbwachs (CNRS, EHESS, ENS), Mathias Thura débute un contrat post-doctoral au CESSEP-CSE (Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne). Spécialiste de l’articulation des routines d’action, des structures sociales qui les produisent et des situations où elles sont mises en œuvre, il s’interroge plus particulièrement sur les manières dont les groupes sociaux font face à l’incertitude dans leurs activités. Le thème de l’adaptation à l’incertitude est ainsi le fil rouge qui guide ses recherches, depuis sa maîtrise intitulée « Agir dans l’incertain : les dispositifs sociaux et les techniques pour appréhender une situation d’incertitude ». Avant de s’intéresser aux militaires, Mathias Thura travaillait alors sur les matches d’improvisation théâtrale[1]. Désormais, il étend ses recherches à l’ensemble des « professionnels de l’urgence » – urgentistes, secouristes, pompiers et militaires –, en articulant sociologie des professions, des savoirs et des techniques, et des processus de socialisation et d’incorporation.

L’intérêt de l’intervention de Mathias Thura a d’abord été de rappeler que la sociologie militaire demeure encore le « parent pauvre » de la sociologie. Il s’agit, en effet, d’un champ d’étude encore peu exploré. Ceci est particulièrement vrai dès lors que l’objet d’étude quitte la sphère des officiers et des relations que ceux-ci entretiennent avec les milieux de pouvoir, pour s’intéresser en détail à la troupe, aux soldats issus du rang et à leur vie quotidienne. L’un des aspects essentiels de la recherche de Mathias Thura concerne ainsi la formation des simples soldats.

Au cours de la réalisation de sa thèse[2], Mathias Thura a cherché à déterminer et a éprouvé les conditions de production de la sociologie militaire ; il a cherché à mettre en lumière les cadres du travail et de la vie quotidienne des soldats et il s’est intéressé aux modes d’anticipation du combat. Mathias Thura propose un regard particulier sur l’apprentissage des forces armées : un regard de sociologue, précisément. Ce regard induisait une méthodologie particulière, en l’espèce l’ethnographie du travail organisé et l’observation directe (grâce à l’immersion au sein d’un régiment), qui permettent de documenter empiriquement les manières dont l’armée en tant qu’institution, à travers les exercices et les entrainements, façonnent les corps et les esprits des militaires du rang. L’enquête a donc consisté, comme Mathias Thura l’écrit par ailleurs, à « capter ce qui reste inaperçu dans les routines du métier militaire »[3], elle visait aussi à rendre compte de l’épaisseur de l’expérience des combattants et de différents modes de socialisation de ces derniers selon leur grade. Il y propose une observation de la circulation de l’expérience afghane au sein d’une compagnie d’infanterie française, et pose notamment la question de la spontanéité ou de l’institutionnalisation de l’adaptation.

La formation a en effet ceci d’important que c’est par elle que l’homme, ou la femme, devient un soldat. Continue, elle se déroule en amont et en aval du combat, mais aussi pendant les opérations. Elle concerne également tout autant le corps que l’esprit du combattant. L’un de ses grands enjeux est, en effet, de préparer le soldat à réagir face à l’inconnu, à la mort et à l’homicide. Ces préoccupations sont anciennes, comme l’a montré Bertrand Schnerb lors d’une séance précédente du séminaire au travers des exemples du maréchal de Boucicaut[4], et du comte de Saint-Pol auquel on avait demandé, dans ses plus jeunes années, de couper la tête d’un captif pour le mettre « en voie de guerre »[5].

L’importance et l’efficacité de cette formation, pour la période actuelle, a pu être évaluée grâce à l’étude de terrain qui s’inscrit dans la nécessité de rester aussi près que possible de l’action et des faits. C’est aussi ce que notre participation à la démonstration au Cenzub[6] de Sissonne, en septembre 2015, nous a permis de comprendre. Les différentes rencontres avec les soldats ont permis de mettre en lumière leur expertise et leur savoir-faire, ainsi que l’importance de l’expérience dans leur formation. L’expérience de Mathias Thura au sein d’un régiment d’infanterie, l’observation et le travail ethnographique, ont ainsi été déterminants dans sa recherche doctorale pour comprendre ce « que produit réellement une armée ».

Les modalités suivant lesquelles Mathias Thura a réussi à aborder son champ d’étude ont eu des conséquences indélébiles sur son travail de recherche. Sa thèse a d’abord été rendue possible grâce à un financement de la Direction Générale de l’Armement. Cela pose donc la question du rapport du chercheur à son financeur. Travailler sur l’institution militaire n’est, par ailleurs, pas une opération qui va de soi. Ce type de recherche continue d’être suspecté et conserve un caractère très clivant, en particulier dans le monde de la sociologie. Au delà, il est aussi nécessaire de considérer l’extraordinaire capacité de l’armée à contrôler son image. Un long travail d’apprivoisement de l’armée par le chercheur, mais aussi du chercheur par l’armée est donc indispensable avant de pouvoir établir des bases de travail seines et sereines. Le travail de recherche sur le quotidien des hommes du rang n’a ainsi pu débuter réellement qu’après avoir suivi les soldats sur différents camps d’entrainement.

En immersion, c’est aussi la question du statut de chercheur qui est posée. Acteur inattendu, perçu différemment par les acteurs qui l’entourent ou qu’il observe, il évolue finalement dans une sorte de zone grise qui lui permet de bénéficier d’une mobilité exceptionnelle : il est ainsi en contact avec toutes les strates de la hiérarchie militaire, pourtant réputée hermétique. Cet entre-deux institutionnel et hiérarchique – pas complètement intégré au régiment, pas entièrement extérieur – est notamment reflété par la variété de noms et d’adjectifs que les soldats ont utilisés pour le désigner, dont on donne la liste, dans l’ordre où la terminologie a évolué : « l’étranger » ; « le prisonnier[7] » ;« le journaliste » ; « le traducteur afghan[8] » ; « le delta force[9] » ; « le mossad[10] ». Il a également été surnommé le « thésien »[11]. Cette multitude de surnoms successifs reflète son statut à part, de témoin qui participe à l’action sans totalement faire partie du groupe.

Mathias Thura n’a pas pu « couvrir » et accompagner les militaires du rang en Afghanistan. Il a néanmoins recueillis les témoignages de certains à leur retour. Ces derniers révèlent la dichotomie existante entre ce que les soldats attendaient et ce qu’ils ont vécu ; se posait ainsi la question de l’efficacité de leur entrainement à les préparer à ce qu’ils allaient vivre sur le terrain. Les témoignages mettent l’accent sur la quasi-absence d’engagement sérieux lors du temps passé en Afghanistan, ce qui aurait justifié et mis à l’épreuve la rudesse de leur entrainement. Ces témoignages post-opex (opérations extérieures) ont également mis en lumière que les événements les plus traumatisants pour les soldats ont été, en définitive, ceux qui sortaient de la routine militaire, ceux auxquels on ne les avait pas préparés.

Nicolas Huet et Victor Moulinier

[1] Thura, Mathias, « Une réévaluation de la métaphore théâtrale chez Erving Goffman », Revue de Synthèse, 133-4 (2012), pp. 565-596 ; Id., Arnaud Trenvouez, « L’improvisation théâtrale dans les formations pour adultes », Education Permanente,194, (2013). Id., Christophe Lafaye et Alicia Paya Y Pastor, « La pratique des sciences sociales en milieu militaire : Une opération spéciale ? », Les Champs de Mars, n° (année).
[2] Thura, Mathias, « En avant ! » Sociologie de l’action militaire et de l’anticipation du combat. Un régiment d’infanterie en route pour l’Afghanistan, Thèse de doctorat soutenue à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction d’ Eric Brian, 2014.
[3] « Se préparer à la guerre : Retex informel et circulation de l’expérience au sein d’une section de combat de l’infanterie », L’Académie de la boue, Laboratoire de l’IRSEM, 2012, sous la direction du colonel Michel Goya et de Camille Simourmat.
[4] Livre des faits du maréchal Boucicaut.
[5] Enguerrand de Monstrelet, Chronique.
[6] Centre d’entrainement aux actions en zone urbaine.
[7] Il est emmené partout avec eux et les suit où qu’ils aillent.
[8] Ce nom est dû au fait qu’il occupait, dans les VAB, la place qu’occupera ensuite le traducteur afghan, lorsque les hommes seront déployés. Il leur permet de fait de réaliser la place que celui-ci va prendre dans un véhicule exigu.
[9] Après qu’il ait été muni d’un « frag », gilet pare-balles, lors d’un exercice où ses vêtements trop clairs et trop visibles nuisaient à son déroulement.
[10] Il est en civil, observe tout, prend des notes, exactement comme le ferait un espion étranger.
[11] Mot-valise constitué à partir de thésard et « terrien », qui désigne les soldats de l’armée de Terre.

 

Mercredi 18 novembre : Claude Weber, A genou les hommes. Debout les officiers. La socialisation des Saint-Cyriens par Olivier Bataille et Amaury Semery

Claude Weber est actuellement Maître de Conférence en sociologie aux Écoles Militaires de Saint Cyr-Coetquidan, où il assure les fonctions de chef du département. Il est également responsable du Groupe de Travail « Forces armées et sociétés » de l’Association internationale des sociologues en langue française, membre du bureau du Réseau Thématique « Sociologie du militaire : sécurité, armées et société » de l’Association française de sociologie et membre d’ERGOMAS (European research group on military and society), du Conseil de perfectionnement de l’école militaire interarmes (2009-2012) et enfin membre du jury de diplôme de l’École militaire interarmes (2007, 2013).

Son doctorat, soutenu en 2000, s’intitule : Diversité et Unité– Contribution à une déclinaison des identités militaires : les formes projetées, vécues et représentées. Ses recherches sont axées sur la culture et la construction identitaire militaire ainsi que sur les processus de professionnalisation de l’armée. Il est également intervenu en 2012 dans un colloque avec une communication portant sur « Réussir à Saint-Cyr : entre certitudes des héritiers et incertitudes des outsiders. Comparaison en termes de réussite entre les élèves issus de l’exorecrutement et les fils d’officiers supérieurs de l’armée de terre »[1]. La socialisation et la professionnalisation des militaires en général, et en particulier des Saint-Cyriens, sont au cœur de ses préoccupations universitaires.

L’ouvrage ici présenté À genou les hommes, debout les officiers permet de pénétrer dans la fabrique de l’officier français. Plusieurs questions peuvent se poser :
– Comment se déroule la formation militaire, académique et humaine, des futurs officiers de l’armée de Terre ?
– Comment, à partir d’un ensemble d’individus, naît une promotion ?
– Que revêtent les traditions saint-cyriennes et comment se transmettent-t-elles de génération en génération d’élèves ?

En effet, comme l’indique la quatrième de couverture de l’ouvrage : « Pour la première fois, un chercheur a suivi, sans restriction, une promotion de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr ». Dans ce livre, vous livrez au lecteur « vos trois années d’observations et vous nous faites pénétrer au sein de cette prestigieuse institution créée par Napoléon il y a plus de deux cents ans. Des activités d’instructions au fond des landes bretonnes jusqu’aux forêts inhospitalières de Guyane, vous nous donnez à voir le quotidien des élèves et de leurs cadres et formateurs. Ce travail inédit sur la socialisation s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux questions de Défense (élèves, cadres militaires et civils, qui sont passés par Saint-Cyr ou s’y destinent), et plus largement, aux chercheurs, étudiants et enseignants en sciences sociales ».

Cet ouvrage analyse les « pratiques saint-cyriennes, régulières ou ponctuelles, solennelles ou informelles, sacrées ou profanes intéressent et intriguent ». Ce regard porté par le trou de la serrure – loin de tout voyeurisme – amène le lecteur à « appréhender l’institution par son coté le moins spectaculaire, le moins solennel pour traiter des réalités journalières. Ce quotidien discret qui socialise, qui construit, entretient et transmet des identités et « l’esprit » saint-cyrien».

Une telle démarche devrait nous permettre d’appréhender les processus de socialisation conduisant à la professionnalisation des officiers.

Enfin, la tradition n’empêchant pas les évolutions, cet ouvrage permet également d’aborder la réalité des changements institutionnels et leurs traductions – ou non – sur les pratiques ; de recrutement, notamment. Comme l’auteur le précise : « ce regard constat » s’avérerait utile, ne serait-ce que pour observer et mesurer les éventuels écarts entre les motivations relatives à la mise en place de ces réformes et leurs effets constatés ».

Claude Weber a introduit son intervention par la présentation de quatre postures de recherche en sociologie – telles qu’elles se sont présentées à lui – durant son parcours professionnel :
– la posture de l’indigène où on partage l’expérience des enquêtés, l’écueil principal étant la difficulté d’établir une distance critique ;
– la posture de l’outsider où l’on étudie un sujet d’étude sans faire partie de l’institution, ce qui pose le souci de l’accès à la matière sur le terrain ;
– la posture du chercheur (ex : boursier dans le cadre d’une thèse), ici soutenu par le ministère de la Défense, où l’on s’affranchit déjà plus facilement des écueils des deux premières postures;
– la posture mixte où l’on est enseignant-chercheur dans l’institution, jouissant de tous les feux verts nécessaires avec la possibilité de prendre du recul. C’est cette dernière posture qu’occupe actuellement M. Weber et qui lui a rendu possible le travail ici présenté.

Sa méthode dans l’optique d’une étude ethnologique sur Saint-Cyr a dans l’essentiel reposé sur l’observation participante, fondée sur les entretiens, l’observation, le questionnaire ainsi que de nombreux autres outils d’analyse. Néanmoins, atteindre le matériau brut demande une réflexion au préalable afin de dépasser les principaux écueils. Une relation de confiance avec les enquêtés étant la base de l’approche ethnologique, son étude s’est faite sur la durée, celle-ci s’expliquant pour partie par un souci à demeurer toujours vigilants aux critiques que l’on pourrait en faire. De telles marques de vigilance se traduisent par des règles tacites, comme le jeu du « don/contre- don » ou la socialisation mesurée du chercheur avec les enquêtés.

Si l’impulsion de sa démarche se traduit d’abord par la volonté d’une meilleure connaissance de son environnement professionnel, plusieurs objectifs subsidiaires l’ont motivée : travailler sur la diversité à Saint-Cyr ; étudier Saint-Cyr comme voie royale ; questionner le poids de la formation initiale dans la vie de l’officier ; analyser les jeux de réseau à Saint-Cyr ; repérer la logique individuelle et celle collective ; évaluer l’égalité des chances des élèves pour la réussite de leurs objectifs. Ces informations sont rendues abordables par l’établissement d’une typologie propre.

Ce qui en ressort est que cette formation se montre transdisciplinaire, mêlant savoir académique, pratique, sans compter sa dimension humaine, l’ensemble se trouvant orienté par la thématique militaire. La formation humaine est certainement la dimension la plus singulière de Saint-Cyr. Elle passe par les traditions chargées de transmettre les codes informels du bon officier. Leur succès tient à l’émulation des promotions se succédant. La socialisation apparaît de fait au premier plan de la formation à Saint-Cyr où il s’agit de devenir « chef ». L’apprentissage du commandement passe presque exclusivement par ces rituels, d’où l’initiative de M. Weber de lancer un programme de recherche sur la question du leadership afin de palier la faiblesse théorique de cette thématique au sein de la formation.

C’est sur cette note qu’interviennent les discussions. Sur le sujet de l’autorité à acquérir, M. Weber évoque les stages des élèves dans un corps de troupe. Ce type d’expérience met en évidence la difficulté pour les Saint-Cyriens de s’ouvrir au monde, un certain conformisme régissant les différentes promotions. C’est là qu’intervient l’imitation, les élèves en quête de « recettes » assimilant les attitudes jugées efficaces. Reste que le leadership est trop complexe pour se résumer à quelques recettes, ce qui pose de vraies questions.

Sur le sujet de la socialisation, quid des enfants de militaire, des OST, des femmes ? Les enfants de militaire disposent de nombreux atouts par rapport à leurs camarades. Ils connaissent le monde militaire et se connaissent entre eux, les cadres compris ; l’effet Pygmalion en est une résultante visible. Les OST sont destinés à casser l’endo-recrutement de Saint-Cyr. À ce titre, ils ont à Saint- Cyr un statut de marginaux du fait de l’hétérogénéité de leur parcours ainsi que de leur plus forte maturité. Néanmoins, si leur temps de socialisation est plus court, ils apportent une réelle plus- value à la promotion. Les Saint-Cyriens s’enrichissent autant des rencontres avec des élèves d’autres institutions, comme ceux de l’École polytechnique, leurs différences respectives leur permettant de sortir un peu plus des sentiers battus. La population féminine – admissible depuis 1983 – souffre quant-à elle d’un environnement encore très conservateur, malgré les progrès ces dernières années. Il demeure dans l’ensemble que les logiques individuelles sont censées devoir s’imbriquer dans une logique collective, les deux se nourrissant l’une l’autre.

Le dispositif des cadres et enseignants – avec ce qu’il implique d’autorité – est régulièrement questionné par les élèves sous diverses formes. Claude Weber évoque emprunte le concept sociologique de « légale-rationnelle » pour caractériser cette relation. Si les élèves y obéissent, ils demeurent très critiques à l’encontre des cadres militaires, ce qui se retrouve dans le « Baraguey » annuel auquel le monde militaire – très porté sur la réputation – se montre véritablement attentif. Dans une autre veine, il apparaît une tension entre le temps consacré à l’enseignement académique et pratique, ce dernier apparaissant mieux valorisé.

Enfin, il existe une influence indirecte du politique sur Saint-Cyr, notamment lorsqu’il touche au recrutement. Par exemple, les différents attentats ayant touché le pays amènent une augmentation significative des candidatures.

En conclusion, l’intervention de M. Weber nous fait bien comprendre l’intérêt de telles études pour optimiser la formation au commandement des futurs officiers en soulignant le rôle de la socialisation à Saint-Cyr. Sur la question des traditions omniprésentes à Saint Cyr, si M. Weber partage avec Étienne Lemont l’analyse de la dimension formelle des traditions, il relève aussi une dimension informelle très évolutive. Une telle approche élargit un peu plus le sujet, notamment sur les états d’esprit particuliers que cela sous-tend pour chaque promotion. On peut espérer que les résultats probants de cette étude soient porteurs de recherches sur la socialisation dans d’autres institutions, ces dernières se restreignant encore à quelques travaux de thèse sur des classes préparatoires, notamment. Pour sa part, Claude Weber nous a suggéré quelques pistes de réflexion pour des recherches futures. Nous avons déjà évoqué ceux sur le leadership, mais il manifeste autant d’intérêt sur les cadres à Saint-Cyr ainsi que vis-à-vis de la place des femmes dans le monde militaire. Toutes ces perspectives nous renseignent sur le renouvellement scientifique en sciences humaines autour de la chose militaire.

Olivier Bataille et Amaury Semery

[1] XIXe Congrès de l’AISLF (Association internationale des sociologues de langue française), «Penser l’incertain» au sein du GT05 « Forces armées et sociétés» ; Ecole Mohammadia d’ingénieurs, Rabat, 2 au 6 juillet 2012.

Mercredi 25 novembre : Général Jean-Marc Marill, Défendre N’Djamena dans les années 2000 : Aperçus sur la culture combattante tchadienne par Gaëtan Verboven et Théo Debouchaud

Le général (2S) Jean-Marc Marill possède tout d’abord une solide expérience du combat. Diplômé de l’Ecole militaire de Saint Cyr, il fait une brillante carrière d’officier au sein des forces armées françaises, principalement au sein des régiments d’infanterie de Marine. Il a en particulier commandé le 21e Régiment d’infanterie de marine (2000-2002), unité à la tête de laquelle il a ouvert le théâtre afghan dans le cadre de l’opération Enduring Freedom. Il capitalise près de treize années d’opérations extérieures dont dix en Afrique, aussi bien au sein d’unités de combat que comme coopérant de Défense auprès de gouvernement africains autorités. Il a servi dans divers pays (Sénégal, Congo-Brazzaville et, surtout au Tchad, théâtre qu’il connaît particulièrement bien). Commandeur de la Légion d’honneur, il est un des officiers français les plus décorés pour des actions au feu.

Le général Marill est aussi un expert de l’évolution de la manœuvre interarmes et du combat d’infanterie au sein de l’armée de Terre française. Breveté de l’École supérieure de guerre, il est docteur en histoire contemporaine de l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne. Il recourt depuis longtemps à l’histoire militaire pour mettre en perspective les opérations actuelles. Il a dirigé la Revue historique des armées, en tant que chef du Département « Recherche, enseignement et études » du Service historique de la Défense, (2010-2013). Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles (histoire des troupes de Marine, doctrine militaire française durant la Grande Guerre et la guerre d’Algérie, …). Notre invité peut donc à la fois croiser la vision du combattant au cœur de l’action, et celle de l’officier historien militaire qui réfléchit en amont et en aval sur les opérations à la lumière de sa double formation.

Le Tchad est un pays immense (3 fois la France), le climat est contrasté (Nord saharien, Centre sahélien et Sud humide) et le pays est peu peuplé (11 millions d’habitants). Il est constitué de plusieurs ethnies rivales ou alliées qui dominent la vie politique tchadienne. Le groupe Toubou gouverne le Tchad depuis la chute du président Hissène Habré en 1991 et l’arrivée au pouvoir d’Idriss Déby. Débutée dès les années 1970, la guerre civile tchadienne, qui a été marquée par 10 campagnes et 43 batailles, oppose au début des années 2000, le pouvoir central d’Idriss Déby à une multitude de groupes rebelles. Le paysage politique tchadien est extrêmement varié avec la présence de plus de 100 partis politiques dont de nombreux mouvements de dissidence soutenus le plus plus souvent par des partis d’opposition et, à l’occasion par des gouvernements étrangers (Lybie ou Soudan). Le général fait remarquer que la conquête du pouvoir au Tchad est liée à la guerre puisque la rébellion victorieuse est autant un moyen de conquête du pouvoir que la vraie source de légitimité, davantage que les urnes. Faire preuve de bravoure personnelle et de compétence militaire est essentiel pour arriver et se maintenir au pouvoir. On trouve dans chaque région des rebelles, que ce soit au Nord (liés à la Libye de Khadafi) ou à l’Est (liés au Soudan de Bachir). Ce sont d’ailleurs en partie les rebelles de l’Est qui vont déclencher les hostilités à l’égard du président Déby. En effet, la guerre au Darfour est menée par les rebelles issues de l’ethnie Zagaoua, ethnie qui soutient le président tchadien. Le gouvernement soudanais va dès lors accuser le Tchad d’avoir joué un rôle dans le déclenchement de ce conflit meurtrier et menaçant pour la stabilité de la région. Il va en conséquence soutenir les rebelles tchadiens pour faire tomber le président Déby.

La guerre est menée selon une tradition guerrière particulière, influencée par les mentalités et les cultures locales. Un des exemples les plus marquants des différences entre notre conception de la guerre et celle des Tchadiens est l’âge des combattants, très jeunes (entre 14 et 15 ans), ce qui est en partie dû à l’espérance de vie très basse. Le rapport à la valeur de la vie est différent et, pour les Tchadiens, les enfants soldats ne sont donc pas un problème puisqu’à 15 ans il faut savoir combattre.

Les rebelles peuvent être les membres d’ethnies rivales à l’ethnie « dominante » ou appartenir à l’ethnie principale en soutenant certains des membres de la famille du président qui vont chercher à s’emparer du pouvoir. Il n’existe d’ailleurs pas de différence entre les rebelles et l’Armée tchadienne puisque les allégeances diffèrent selon les périodes. Par exemple, un commandant de l’armée tchadienne durant la première campagne peut intégrer les rangs des rebelles durant la seconde. Ainsi la rébellion est un ascenseur social dans la société tchadienne puisqu’elle permet la conquête du pouvoir.

L’Armée tchadienne est une armée d’infanterie légère motorisée sur des pick-up formés en colonne menant des raids dans la profondeur. Elle combat le plus souvent à courte distance car les hommes tirent très mal à cause du manque d’entraînement en temps de paix. Les soldats tchadiens vont donc plutôt jouer sur l’effet de masse et de surprise pour remporter une bataille. Dès lors que les hommes sont descendus de leurs véhicules, les combats s’organisent de façon « classique » avec le chef suivi de ses hommes qui sont disposés en ligne derrière lui et le suivent au pas de charge en tiraillant. Se coucher pour se protéger est vu comme une marque de faiblesse et de manque de virilité. La plupart des chefs de l’armée qui n’ont pas été tués au combat ont été blessés à de nombreuses reprises et sont en mauvaise santé. Cette méthode traditionnelle de combat, qui entraîne de nombreuses pertes, a de nombreuse fois été remise en cause par les conseillers occidentaux (par exemple les Américains et la formation d’unités anti-terroristes au Tchad) car elle en totale inadéquation avec la culture guerrière « à l’occidentale ». Comme l’a rappelé le général, les Occidentaux oublient souvent que le Tchad a sa propre culture militaire forte, bien que n’ayant pas de référence historique sur lequel s’appuyer.

La Garde présidentielle forme l’épine dorsale de l’armée en même tant que la garde prétorienne du régime. Elle est mieux dotée et entrainée, bénéficiant davantage des conseils prodigués dans le cadre de la coopération militaire avec Paris que le reste des troupes. Enfin, grâce à la manne pétrolière, N’Djamena a pu se doter d’hélicoptères de combat de fabrication russe qui peuvent apporter un soutien aérien tactique décisif.

Un des épisodes clé de cette guerre civile, dont le général Marill fut témoin et même acteur en tant que conseiller de l’Armée tchadienne, est la bataille de N’Djamena qui s’est déroulée durant l’année 2008. Les rebelles, soutenus par le Soudan, ont attaqué la capitale du Tchad et assiégé le Palais rose (palais présidentiel). Les rebelles se sont emparés de 90% de la ville mais ne sont pas parvenus à franchir le cercle défensif de la Garde présidentielle autour du palais, objectif primordial pour s’emparer du pouvoir. Carte à l’appui, le général fait d’ailleurs un parallèle entre cette bataille et la bataille de Stalingrad en 1942. Inférieure en nombre, en s’adossant au fleuve, la Garde présidentielle va mettre en oeuvre une ceinture défensive à base de fossés antichars réalisés dans l’urgence et concentrer ses efforts sur les quelques points d’entrée. Elle utilise tous les moyens lourds à sa disposition (artillerie, hélicoptères) pour stopper la pression rebelle vers le palais. L’Armée tchadienne va repousser les rebelles en dehors de la ville avec un taux d’attrition énorme parmi les attaquants. Cette bataille défensive et d’arrêt a été particulièrement meurtrière avec 1.000 civils, 10.000 blessés et 2.000 soldats tués. De plus, 2.500 Occidentaux se sont retrouvé pris dans les combats et la mission de l’armée française a été de coordonner l’évacuation des ressortissants avec l’armée tchadienne sur des points de regroupement pour extraction. Ordre lui a été donné de ne pas intervenir dans les combats.

Le dernier épisode de cette guerre s’est déroulé en 2009, lors de la bataille d’Am Dam. Depuis l’attaque de N’Djamena en 2008 l’armée Tchadienne a constitué une ceinture de défense avancée dans l’Est et le centre du pays pour éviter que le scénario de 2008 qui a failli emporter le régime ne se reproduise. Cette ceinture s’appuie sur des points stratégiques et sensibles comme la ville d’ Am Dam. Il s’agit d’intercepter l’ennemi venu du Soudan à distance et de ce fait empêcher l’accès à la capitale. Le plan de bataille proposé aux officiers tchadiens par les conseillers français suit les principes de la manœuvre défensive en position centrale théorisée par Napoléon. La confiance du président Déby (qui est d’abord perçu comme le chef de guerre) au général Marill exprimée publiquement à ses officiers est essentielle car elle légitime les conseils prodigués. Le plan a consisté à fixer les rebelles dans des points de passage probables déterminés à l’avance avec une force relativement peu imposante pour permettre au corps de bataille principal tenu en réserve de se mettre en route au plus vite et prendre l’ennemi à revers. Des défis importants résident dans la capacité à anticiper les axes de pénétration adverse et à s’assurer d’une capacité de réaction rapide pour bloquer l’ennemi en transit et par surprise. Pour réussir à Am Dam, il a fallu apprendre à l’Armée tchadienne de nouvelles tactiques de combat et, surtout, à exploiter pleinement sa mobilité et sa puissance de feu afin de minorer les pertes tout en maximisant les pertes ennemies. Surtout, il a fallu apprendre aux soldats et, en particulier, aux officiers, à respecter une discipline de feu et à se protéger car se protéger est, on l’a dit, perçu comme un signe de faiblesse dans la culture tchadienne. En revanche, une fois le contact pris, il reste difficile d’éviter un combat tournoyant de mêlée entre les pick-ups, action au cours de laquelle l’expérience, la détermination et la bravoure des équipages est déterminante. Mais, l’effet de surprise et de saturation permit par la préparation opérationnelle est décisive pour le succès tactique final. La colonne d’assaut rebelle est quasiment entièrement détruite (pas moins de 375 véhicules hors de combat).

En conclusion, le général Marill rappelle qu’un soldat doit être entraîné et discipliné ou bien… il doit être « fou » comme les soldats de l’Armée tchadienne. La culture guerrière locale implique des soldats combattifs qui ne reculent absolument pas devant une mort plus que probable, ce qui peut sembler suicidaire à un Occidental. Le général Marill, qui a tenu le rôle de conseiller et formateur des officiers tchadiens, a tenu compte de cette spécificité culturelle. Il faut chercher à adapter la façon de faire la guerre « à l’occidentale » et ne pas l’imposer sans nuance. Il rappelle que cette adaptation-hybridation est indispensable : toute arrogance occidentale en la matière est vouée à l’échec. En s’inspirant de l’héritage napoléonien tout en étant capable de l’adapter à l’intrépidité guerrière tchadienne, il a été possible d’augmenter les chances de succès face aux rebelles. L’intervention très didactique et vivante du général Marill montre donc non seulement que les « cultures guerrières » non-occidentales sont bien vivantes dans certaines parties du monde, mais aussi qu’une expertise fondée sur une connaissance de l’histoire militaire peut aussi être une clef du succès sur le champ de bataille et ce, même encore au XXIème siècle.

Gaëtan Verboven et Théo Debouchaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *